Afin de réduire nos stocks et pouvoir mieux contribuer à la promotion des arts africains, nos tarifs ont été largement revus à la baisse. N'hésitez pas à demander un devis.
 
arts primitifs, arts premiers, arts africains

Arts africains

Statuettes du Bénin et du Nigéria / Page 2
arts africainsarts africainsarts africains


Statue Fon
Arts africains

Référence : SBNS 2102

Origine : Nigéria / Bénin
Matière : bois

Hauteur : 73 cm (environ)
Largeur : 11 cm (environ)

Tarif : 80 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

arts africains
arts africains


Statue Fon
Arts africains

Référence : SBNS 590

Origine : Nigéria / Bénin
Matière : bois / corde..

Hauteur : 73 cm (environ)
Largeur : 10 cm (environ)

Tarif : 98 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

Retrouvez d'autres statuettes du Bénin et du Nigéria sur Arts-africains.net :

Art africain, arts premiers d'Afrique noire (statuaire et masque africain)

haut de page
Consultez les archives

 

Différents groupes du Bénin (ex-Dahomey) et du Togo, comprenant en particulier les fon et les éwé, ont créé des objets-réceptacles porteur d'ingrédiants aux pouvoirs occultes. Ce ne sont pas, dans leur grand majorité, des objets de sorcellerie agressive. Ils apportent leur aide à leurs utilisateurs, généralement pour combattre les maladies, mais aussi le mauvais sort. Pour acquérir une notoriété, un féticheur devra démontrer ses capacités dans le domaine de la pharmacopée. Il s'agit d'une croyance animiste, mais entre magie et religion, il n'est pas toujours aisé de tracer une frontière. Les pratiquants ne peuvent pas de procurer un fétiche sur le marché, c'est le devin ou le féticheur qui rendra l'objet sacré et indiquera les ingrédients et les formules magiques indispensables à son élaboration et à son fonctionnement. Tous ces objets, aux mains des particuliers, étaient gardés loin des regards.
Les substances agissantes peuvent être contenues dans divers réceptacles tels que cornes, coquillages, cloches de fer, calebasses ou autres. Objets de protection ou d'agression, ils sont utilisés par ceux qui ont le savoir nécessaire pour les élaborer ou pour toute personne qui les obtient d'eux.

L'esthétique de l'effroi

Si des oeuvres ont pour volonté de subjuguer, d'épouvanter, ou simplement d'inquiéter, d'intimider, c'est parce qu'il importe de dégager, par la création, une horreur sacrée, puisque l'effroi fait surgir avec force des êtres immatériels et que la stupeur avive la possibilité d'accéder au surnaturel. Mais de telles oeuvres ont aussi pour dessein d'évoquer un univers rétif à la transfiguration, car ce qu'elles donnent à entrevoir, c'est la profondeur de mondes inconnus. Elles appartiennent souvent à des confréries secrètes réservant jalousement leurs activités à leurs seuls membres et chargées, jadis (parfois encore aujourd'hui), de la représentation dans les bourgs.
Dans le culte vôdoun, seuls les officiants ont accès à ces objets, seuls ils ont le droit de les manipuler, puisque leur charge magique, leur réputation maléfique, leur "laideur" intentionnelle ont justement pour dessein d'éloigner les curieux.
Des cordes maintiennent des instruments rituels, certains rouillés, d'autres couverts de sédiments. Cloches de fer, chaînes, petits réceipients en terre ou autre, colliers hors d'usage, vieux tissus... Les groupes vodun sont la plupart du temps recouvert de plusieurs couches de différentes épaisseurs, attestant le nombre impressionnant de sacrifices dont ce groupe d'autel fut l'objet.
Tous les objets vodun présents sur les pages d'artspremiers.net ont été "déchargés" de leurs puissances mystiques.