Afin de réduire nos stocks et pouvoir mieux contribuer à la promotion des arts africains, nos tarifs ont été largement revus à la baisse. N'hésitez pas à demander un devis.
 
arts primitifs, arts premiers, arts africains

Poteaux africain

poteaux africainpoteaux africainpoteaux africain


Poteau anthropomorphe mossi
Objet usuel

Référence : Poteau 1642

Origine : Burkina Faso
Matière : bois

Hauteur : 117 cm (environ)
Largeur : 17 cm (environ)

Tarif : 92 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

Observation : objet ancien, très décoratif.

poteaux africain


Pilastre de grand abri dogon (togu na)
Objet usuel

Référence : Poteau 18

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 162 cm (environ)
Largeur : 17 cm (environ)
Largeur fourche : 26 cm (environ)

Tarif : 155 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

 

Cliquez ici pour + de photos

poteaux africain
poteaux africain


Poteau dogon
Objet usuel

Référence : Poteau 20

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 113 cm (environ)
Largeur : 15 cm (environ)
Largeur fourche : 35 cm (environ)

Tarif : 132 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

 

Cliquez ici pour + de photos

Retrouvez d'autres objets usuels africains sur Arts-africains.net :

Art africain, arts premiers d'Afrique noire (statuaire et masque africain)

haut de page
Consultez les archives

 


Pilastre de "grand abri" dogon

En général, les femmes sont exclues des espaces où les hommes se réunissent pour discuter des affaires du villages et y prendre des décisions comme le font régulièrement les Dogon. A l'intérieur, les paroles et les décisions demeurent secrètes, tandis que la présence féminine affleure les limites de l'espace sacré. Cette ambigüité est perceptible dans la conception des togu na édifiés selon des règles précises. Ces abris de forme rectangulaire aux toits constitués de bottes de mil il en existe un par quartier sont soutenus par des pilastres sculptés dans du bois massif. La tâche de couper les arbres, de rapporter et de manipuler les énormes troncs est confiée à des hommes jeunes et forts. C'est ensuite à l'un des sculpteurs du village qu'il revient de tailler ces piliers mesurant entre un mètre et deux mètres de hauteur.
Le style est homogène, car l'artiste reproduit le même modèle sur les pilastres soutenant des traverses. Le motif le plus courant est un corps féminin symbolisé parfois par la seule présence d'une poitrine généreuse. Les traits humains sont en général fortement stylisés.