Afin de réduire nos stocks et pouvoir mieux contribuer à la promotion des arts africains, nos tarifs ont été largement revus à la baisse. N'hésitez pas à demander un devis.
 
arts primitifs, arts premiers, arts africains

Statuaire au Burkina Faso

statuaire au Burkina Fasostatuaire au Burkina Fasostatuaire au Burkina Faso


Statuaire du Burkina Faso
Statuette bobo

Référence : SABF 1770

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 80 cm (environ)
Largeur : 16 cm (environ)

Tarif : 120 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

Observation : cette statuette n'est pas récente, elle est très endommagée.

 

Cliquez ici pour + de photos

statuaire au Burkina Faso


Redirection sur notre nouveau site Arts-Africains.net

Cliquez ici pour consulter la fihe de cette statuette

statuaire au Burkina Faso


Redirection sur notre nouveau site Arts-Africains.net

Cliquez ici pour consulter la fihe de cette statuette

statuaire au Burkina Faso


Redirection sur notre nouveau site Arts-Africains.net

Cliquez ici pour consulter la fihe de cette statuette

statuaire au Burkina Faso


Redirection sur notre nouveau site Arts-Africains.net

Cliquez ici pour consulter la fihe de cette statuette

Retrouvez d'autres statuettes du Burkina Faso sur Arts-africains.net :

Art africain, arts premiers d'Afrique noire (statuaire et masque africain)

haut de page
Consultez les archives

 

Les Mossis

Les Mossis sont constitués de communautés qui se sont agglutinées au cours des siècles sur un vaste espace presque désertique ou de savane arborée, propice à la constitution d'entités politiques centralisatrices, mais plus ou moins aléatoires et précaires. Des cavaliers appelés Kakomsé envahirent la région de la Volta-Blanche vers le XVe siècle, pour assurer leur domination sur des autochtones qu'ils nommèrent Tengabisi, et qui comprenaient à la fois des agriculteurs (nyonyosé), très nombreux, et des forgerons-sculpteurs (saaba). Aujourd'hui encore, ces forgerons-sculpteurs utilisent des masques afin de rendre hommage aux morts, lors de célébrations, pour escorter le défunt en son dernier séjour, aider son esprit à rejoindre l'au-delà, ou pour présider aux sacrifices au début de l'hivernage, assurer une bonne récolte de céréales, et même pour activer les pousses avant la première récolte. Le reste du temps, ces mêmes effigies sont déposées sur les autels des ancêtres, afin de veiller sur l'ensemble de la communauté, et elles reçoivent en ce lieu des offrandes, des sacrifices, afin d'assurer une communication avec l'au-delà.

Les Winiamas, les Nounas et les Nounoumas

Parmi la dizaine de peuples vivant au centre et au sud du Burkina Faso, seuls les Noumas, les Nounoumas et les Winiamas sont de vrais sculpteurs (si l'on excepte leurs voisins les Bwas et Mossis, sur lesquels ils ont d'ailleurs exercé une influence stylistique), car les Sissalas, autrefois créateurs, ont abandonné la fabrication d'effigies. Ils sont surtout connus pour leurs masques zoomorphes, couverts de motifs géométriques, avec des yeux concentriques aux effets de polychromie en noir, blan, rouge. Certes apparentées sur le plan social, ces communautés doivent être distinguées, car elles possèdent des masques de style différent, bien que l'appartenance soit difficile à établir (par les villageois eux mêmes parfois). Ainsi, les sculptures des Winiamas sont plus géométrisées que celle des Nounas et de Nounoumas, mais ils croient tous en un dieu suprême (Yi) qui, comme souvent en Afrique, s'est débarassé de sa création en se retirant tranquillement loin des humains, laissant tout le travail à l'esprit Sou, incarné sous la forme d'effigies sculptées, de masques ou de statues.

Les poupées africaines

Les poupées africaines n'ont rien d'un jouet ordinaire. Leur fonction consiste à préparer les filles au mariage et à augmenter leurs chances de devenir mères. Il s'agit avant tout d'objets magiques qu'il convient de choyer pour les rendre efficaces.