Afin de réduire nos stocks et pouvoir mieux contribuer à la promotion des arts africains, nos tarifs ont été largement revus à la baisse. N'hésitez pas à demander un devis.
 
arts primitifs, arts premiers, arts africains

Statuette dogon tellem


Statuaire chez les dogons (tellem)
art premier

Référence : SDT 1930

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 86 cm (environ)
Largeur : 14 cm (environ)

Tarif : 145 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

Observation : cette statuette n'est pas récente, elle est partiellement endommagée.

statuette dogon tellem
statuette dogon tellem


Statuaire chez les dogons (tellem)
art premier

Référence : SDT 1087

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 38 cm (environ)
Largeur : 6 cm (environ)

Tarif : 35 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

statuette dogon tellem
statuette dogon tellem


Statuaire chez les dogons (tellem)
art premier

Référence : SDT 794

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 53 cm (environ)
Largeur : 12 cm (environ)

Tarif : 69 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

Observation : cette statuette n'est pas récente, elle est partiellement endommagée.

statue tellem
statue tellem


Statuaire dogon
statue tellem

Référence : SDT 1080

Origine : Mali
Matière : bois

Hauteur : 52 cm (environ)
Largeur : 10 cm (environ)

Tarif : 80 €

(Transport et emballages non compris, demandez un devis par mail à : artspremiers@yahoo.fr)

Observation : cette statuette n'est pas récente, elle est partiellement endommagée.

statuette dogon tellem


Redirection sur notre nouveau site Arts-Africains.net

Cliquez ici pour consulter la fihe de cette statuette

Retrouvez d'autres statuettes dogons sur Arts-africains.net :

Art africain, arts premiers d'Afrique noire (statuaire et masque africain)

haut de page
Consultez les archives

 

 


Les Dogon sculptaient souvent des personnages représentés debout les bras levés. Ils avaient peut-être emprunté cette attitude aux précédents occupants du spéctaculaire escarpement de Bandiagara, un peuple généralement nommé Tellem. Les personnages aux bras levés symbolisaient toujours une supplique à Amma pour qu'il accorde la pluie indispensable à toute vie, et qu'il s'agissait également d'un geste de contrition après que la violation d'une loi rituelle ait causé la sécheresse.

Interrogés par les Français venus en 1903 sur les lieux, les Dogons ont nommé Tellem (en dogon : "nous les avons trouvés ici") la population qui avait occupé le site bien avant eux. Les Dogons, à leur arrivée, ont-ils absorbé les Tellems ? Il reste que ce peuple a étrangement disparu vers le XVe siècle, lors de la conquête du pays par l'empire du Songhaï. Les Tellems étaient venus du nord, vraissemblablement lors de la désertification progressive des territoires subsahariens, ce qui expliquerait que leur création entretienne de minimes affinités formelles avec celle des touaregs (qui, eux, proscrivent les images). Ils s'étaient réfugiés dans les cavités de la falaise, accessibles seulement par le moyen de cordages en fibres de baobab, élaborant une véritable ville verticale faite de greniers, de sanctuaires, de nécropoles, à l'abri des incursions qui dévastaient les espaces accessibles aux coursiers des attaquants, et où ils dissimulèrent leurs statues anthropomorphes. Les grottes des Tellems, dans les falaises, sont encore difficiles d'accès, et plus d'un a payé d'uné épaule fracassée son désir de voir ce qu'elles recelaient (peu de choses désormais : des ossements, des fientes de chauves-souris).

Les dogon forment un peuple à part. La langue qu'ils pratiquent leur est particulière et ne semble apparentée à aucune autre. Retranchés dans des falaises difficiles d'accès, ils ont opposé un obstacle à l'islamisation. Ils pratiquent, sous la direction du hogon, une religion qui leur est propre et ont une cosmologie complexe et originale. Les dogon ont une vision dualiste de l'univers. L'organisation religieuse comporte quatre pôles : culte totémique, culte de lébé ou de la terre-mère, culte du dieu-père amma et culte du « renard pâle » (personnage incarnant la révolte. A l'échelon familial, l'autorité est exercée par le patriarche. La filiation est particulière.
La circoncision et l'excision transforment les jeunes en membres à part entière de la société et leur procure une âme sexuée en conformité avec leur statut d'homme et de femme désormais en état de se marier et de fonder une famille.