La femme qui pleure, une œuvre énigmatique de Picasso

La femme qui pleure, quel message cette œuvre essaye vraiment de véhiculer ?

Qui était Picasso ?

Né en Espagne, plus précisément dans la ville de Malaga, en octobre de l’année 1881, Pablo Ruiz Picasso s’est fait un nom grâce à la réussite de plusieurs de ses œuvres. Il faisait de la peinture, des dessins, en plus d’être sculpteur et un graveur.

L’artiste Espagnol qui à vécu la majeure partie de sa vie en France, est considéré comme l’un des meilleurs de sa génération (le vingtième siècle), en raison du succès de ses œuvres et de ses interventions politiques. C’est un auteur de 50 000 œuvres à peu près, réparties entre tableaux (1 885), sculptures (1 228), dessins (7 089), céramique (2 880), tapisseries (342), carnets de croquis (150) et des estampes (30 000).

La peinture étant une passion pour lui depuis son enfance, l’artiste réalise ses toutes premières œuvres dès l’âge de 8 ans. C’étaient des tableaux dont l’un d’eux appelé  » Le Petit Picador jaune  » est resté son préféré.

En 1896, il a étudié à l’école des Beaux-Arts de Barcelone, avant d’atterrir un an plus tard à Madrid toujours pour les études. N’étant pas satisfait de l’enseignement, Picasso retourne à Barcelone. Quelques années plus tard, il s’envole pour la France.

La femme qui pleure, quelle histoire se cache derrière ?

La vie de Picasso fut très mouvementée. À la majorité des événements marquants de son existence, il a su trouver l’inspiration pour la traduire sur un tableau.

En 1937, le célèbre artiste peint à l’huile, un tableau baptisé  » La femme qui pleure « . Il s’agissait du portrait d’une femme appelée Dora Maar de nationalité française, qui était non seulement photographe, mais aussi peintre et avec qui, pendant une période, il eut une aventure.

Cette œuvre est gardée au Tate Modern depuis la mort de cette femme, qui l’a conservée pendant toutes ces années.

Sur ce tableau, on peut clairement distinguer deux images de cette femme. Une image montrant le profil et l’autre une vue de face. En fond, on voit nettement les différentes couleurs utilisées par l’artiste, des couleurs frappantes comme le jaune, le rouge, le vert et le bleu, puis des couleure assez fades, à savoir la couleur grise et blanche pour réaliser la tête. Avec des larmes aux yeux et un mouchoir entre les dents, l’image traduit un sentiment de désespoir, d’angoisse et peut-être de colère. Sur cette image on voit une femme qui souffre énormément, une femme au cœur brisé, un cœur qui saigne.

À première vue, étant donné leur liaison, on pourrait penser que l’auteur a fait souffrir la jeune femme et alors ce tableau montrerait la femme qui pleure Picasso. Cette femme qui pleure Picasso voudrait peut-être l’avoir à elle toute seule, mais la vraie histoire est toute autre.

Une souffrance engendrée peut-être par la mort d’un proche qu’elle aurait perdu dans une explosion ou alors simplement une amertume face à toutes ces horreurs engendrées par la guerre.

Cette œuvre traduit un message de l’auteur, un message qui montre son désarroi vis-à-vis de toutes les méchancetés. Un message pour dire NON à la violence.